à savoir

Puella Magi Madoka Magica

Vous ne le savez peut-être pas encore, mais je suis un fan inconditionnel de Magical girl. Je voulais donc commencer par un pas comme les autres : Puella Magi Madoka Magica ! Il s’agit au départ d’une série d’animation produite par Shaft et diffusée en 2011. Il existe trois films : les deux premiers reprennent la trame de l’histoire de l’anime et le dernier continue l’histoire. On retrouve aussi trois adaptations en mangas.

Synopsis

Pour résumer, il existe dans le monde des créatures capables de réaliser des miracles et d’exhausser les souhaits de jeunes demoiselles choisies avec soins. Ces filles, en échange, doivent devenir des puella magi et combattre des sorcières, incarnations du mal nées des malédictions (a contrario des puella magi qui naissent des miracles) et responsables des meurtres et des suicides des êtres humains. Ainsi, Madoka Kaname, une jeune collégienne, et son amie Sayaka Miki vont être approchées par Kuybey, une de ces créatures, et la Magical Girl Mami Tomoe, avec la proposition d’endosser la lourde tâche de lutter contre le mal en échange d’un vœu. Cependant, la nouvelle élève Homura Akemi,  Magical Girl elle aussi, cherchera à tout prix, pour des mystérieuses raisons, d’empêcher Madoka de passer ce fameux contrat…

Avis

C’est là que l’on remarque déjà l’étrangeté du scénario proposé ici par cet anime, car oui, pour un magical girl, il s’éloigne assez bien du genre. Il est même revendiqué comme Horror Magical Girl. En effet, Puella Magi Madoka Magica bouleverse le genre auquel il appartient. Il se veut plus sombre et plus psychologique que ce qu’on nous propose d’habitude.

Côté dessins, tout d’abord, je n’ai rien à redire. Ils ne sont pas exceptionnels mais c’est tout de même très jolis, enchaînant les traits fins pour les plans larges et des traits plus grossiers pour ajouter de la profondeur sur les gros plans. À côté, le style graphique change littéralement pour les sorcières et leurs dimensions avec un dessin creepy. La bande son, elle, colle parfaitement à l’univers et s’adapte à chaque situation. L’immersion sonore est entière et on ne se lassera même pas d’écouter en boucle certaines des OST présentes dans cet anime.

Côté fond, vous serez vite absorbée par l’anime. Même s’il se veut rose et gentil au début, on rentre vite dans le vif du sujet avec la rencontre entre notre héroïne et Homura Akemi. Cette dernière, bien que fraîchement débarquée dans l’école, est au courant de choses qu’une nouvelle élève ne devrait pas connaître comme ça. À côté, il y a aussi la première rencontre avec une sorcière et la première apparition d’une de leurs dimensions parallèles. Pour faire bref, l’anime ne cherchera pas à faire peur comme l’appellation Horror Magical Girl le laisserait croire, mais plus à mettre mal à l’aise. Un autre exemple concret est l’absente de réaction logique et d’émotion chez Kyubey. Quelle que soit la situation, il gardera son sourire et ses yeux ronds sans la moindre émotion à l’intérieur.

En parlant des personnages, Madoka est une jeune collégienne qui vit dans une famille « normale » avec un père au foyer, une mère qui travaille dur et un petit frère adorable (pour moi, en tout cas). Elle n’a pas vraiment de problèmes à part les tracas d’une adolescente. Si bien que, quand elle se retrouve impliquée par Kuybey et reçoit sa proposition de devenir une des Puella Magi, elle ne se sait pas trop quoi lui demander en échange, tout comme son amie Sayaka, une jeune fille à fort caractère.

C’est là que Puella Magi Madoka Magica montre ses points forts. On ne suit pas une Magical Girl qui s’en va au front, mais une fille qui reçoit la proposition d’en devenir une et qui aura l’occasion de découvrir ce qu’il en est avant d’accepter. On découvrira vite que la vie d’une Magical Girl n’est pas rose et que toutes ne pensent pas forcément à faire le bien, sans compter tous les risques qu’elles prennent à combattre les sorcières. L’existence même et la raison d’être des Puella Magi seront même remises en question.

Il y a aussi un autre point fort en ce qui concerne les personnages secondaires. Certains animes ont tendance à développer un peu trop ces derniers et à les faire apparaître un peu partout sans raisons apparentes. Chacun des personnages secondaires de celui-ci est là pour une raison bien précise dans notre histoire. Ils n’apparaissent ni trop souvent, ni pas assez. Leurs histoires sont développées juste comme il faut pour la compréhension de la série.

Conclusion

Puella Magi Madoka Magica est un anime qui remet le Magical Girl en question. Plus sombre et plus psychologique, il sera aisé de se laisser captiver par l’histoire. La bande son permet une meilleure immersion dans l’anime. Les dessins, bien que pas exceptionnels, se laisseront regarder sans problème. Et l’anime tentera, pour son plus grand plaisir, de vous mettre mal à l’aise. Ou encore de vous déranger psychologiquement par son intrique, ses personnages et ses mystères. C’est donc une série à voir, ou au moins à découvrir !

Je m’attarderais tout de même un peu sur les films avant de terminer l’article. Si les deux premiers respectent la trame principale, ils se permettent par contre d’omettre certains passages comme le rêve de Madoka avant que l’histoire commence réellement, ou encore sur les réflexions de cette dernière et de Sayaka sur le vœu qu’elles pourraient formuler. De ce fait, Puekka Magi Madoka Magica perd une bonne partie de tout ce qui fait son charme. Je conseillerai du coup à toute personne qui voudrait le regarder de préférer la série plutôt que les films. Quant au troisième, je ne vais pas m’étaler dessus. Je vous conseillerai de le regarder pour la magnifique conclusion qu’il offre à l’anime.

à propos de Feuno

Petit Louphin bleu à rayures fans de mangas, d'animes et de jeux vidéos. J'ai une passion pour l'écriture et le RP. J'affectionne aussi particulièrement l'univers de The Legend of Zelda, Percy Jackson et Kingdom Hearts.

cela devrait vous plaire

Padi’ Café #2 – La fatigue du Steven électronique

Il est tout beau tout frais notre Padi’ Café ! Profitez de ce deuxième numéro …

CardCaptor Sakura : L’incontournable

Là, je vais chercher loin. Mais s’il y a un manga/anime dont je voulais vous …

Laisser un commentaire