à savoir

Focus sur Yuki Kajiura

Si je vous dis Fate/Zero, Puella Magi Madoka Magica ou encore Sword Art Online, que pourriez-vous bien me répondre ? La réponse se tient en deux mots : Yuki Kajiura.

Si jamais vous ne savez pas de qui il s’agit, on la retrouve dans différentes œuvres cinématographiques, vidéoludiques et plus encore au niveau des animes, pour lesquels elle écrit, compose et arrange OST et génériques. Son style est un mélange de ClassiqueJ-Pop et New Age. Les voix sont très présentes sur ses œuvres. Avec une petite particularité cependant, Yuki Kajiura ne s’entoure que de voix féminines !

Actuellement, elle travaille sur plusieurs projets.

 

Une passion partagée

Yuki Kajiura est née le 6 Août 1965 à Tokyo. Très jeune, son père lui partage son goût pour la musique classique et l’opéra, elle l’accompagne d’ailleurs au piano alors qu’elle n’a que 7 ans. C’est aussi à cet âge qu’elle compose pour la première fois. Sa première chanson s’appelle Arigatô Sayonara, en guise d’adieu à sa grand-mère.

C’est à cette période que Yuki part vivre en Allemagne de l’Ouest avec ses parents. Elle y reste jusqu’à la fin du Collège avant de revenir au Japon pour poursuivre ses études. Elle a alors l’occasion de rejoindre un groupe de 6 lycéennes dans laquelle elle joue du clavier. Pour l’anecdote, la sœur de Chiaki Ishikawa, qui rejoindra le groupe plus tard, en fait partie.

 

Reconversion totale

Elle termine ses études avec un diplôme en ingénierie des systèmes et travaille jusqu’en 1992 dans ce domaine avant de décider de se concentrer sur la musique, à la suite d’un concert avec Chiaki Ishikawa et Yukiko Nishioka. À elles trois, elles décident de fonder leur groupe. Ainsi naît See-saw dont Yuki sera l’auteur-compositeur principale.

C’est en juillet 1993 que See-saw sort son premier single, Swimmer, et l’album I have a dream deux mois plus tard. Malheureusement, l’année suivante, Yukiko quitte le groupe pour se consacrer à l’écriture. Yuki et Chiaki continuent et sortent leur deuxième album en 1994. C’est en 1995 que See-Saw s’arrête temporairement, les deux amies souhaitant se consacrer à leurs carrières solos.

 

Carrière Solo et collaborations

Notre compositrice commence alors par écrire ses premières bandes originales de films pour Tokyo Kyôdai et Ruby Fruit en 1995, avant de faire ses premiers pas dans l’animation l’année suivante en réalisant l’OST de Kimagure Orange Road : Summer’s Beginning. On la retrouve ensuite sur Eat-Man en 1997, puis sur des jeux vidéo comme Meguri-aishite en 1998. En parallèle, elle travaille sur diverses collaborations, notamment avec Saeko Chiba en 1999. Cette dernière devient rapidement sa protégée : Yuki lui compose et arrange plusieurs singles et albums.

Les propositions continuent jusqu’en 2001, l’année où elle gagne sa renommée mondiale. Yuki Kajiura compose sa plus belle création, l’OST de Noir (Série animée), qui est accueilli comme un chef d’œuvre autant par le public que par les critiques et est, du coup, diffusé mondialement. Ce projet marque à jamais la carrière de l’artiste avec une longue collaboration avec le réalisateur Koichi Mashimo. De nombreux projet viendront par la suite : .hack//SIGN, Madlax ou encore Tsubasa Reservoir Chronicle. C’est aussi en 2001, d’ailleurs, que Yuki Kajiura et Chiaki Ishikawa reforme le groupe See-Saw.

 

Fiction & FictionJunction

En 2003, Yuki sort son premier album solo : Fiction. Enfin, si on peut appeler cela solo. Car l’artiste collabore avec diverses chanteuses, dont l’américaine Emily Bindiger qui sera présente sur 6 des titres. En même temps nait le projet FictionJunction dont le principe reste simple : Associé les talents de la compositrice – qui signera alors sous le nom de FictionJunction – avec ceux de vocalistes. Elle commencera d’abord avec l’a chanteuse et seiyû Yuuka Nanri. Elle continue avec Asuka Kato, Kaori Oda, Wakana Ootaki, Keiko Kubota et Yuriko Kaida. Chaque album sortit pour ce projet sera, d’ailleurs, sous le nom FictionJunction suivi du nom de la chanteuse principale qui aura collaboré pour l’album.

C’est en 2009 que le projet FictionJunction prendra un tout autre sens. En effet, C’est à partir de cette année que le nom ne fait plus référence qu’à Yuki Kajiura. FictionJunction est officiellement un groupe composé de 4 chanteuses – Yuuka, Wakana, Kaori et Keiko – et de la compositrice.

 

Kalafina

En fin 2007, un groupe mystérieux est créé par Yuki Kajiura afin d’interpréter les chansons de la série de film Kara no Kyoukai : The Garden of Sinners. La seule chose que l’on sait, c’est qu’il est composé de 4 chanteuses dont Wakana et Keiko, facilement identifiable étant donné que les deux artistes avaient déjà collaboré avec la compositrice dans le cadre de FictionJunction.

Ce n’est que lors du concert de Dream Port 2008 que l’identité des deux autres chanteuses est connue. Il s’agit de Masai Hikaru et de Maya. Cependant, cette dernière ne participe qu’à un seul titre du groupe. Depuis lors, Kalafina ne se retrouvent qu’avec trois chanteuses : Wakana, Keiko et Hikaru.

 

De multiples concerts

Depuis lors, la compositrice se produit régulièrement au Japon avec une série de concerts. Souvent accompagnée par FictionJunction, See-saw ou encore Kalafina. En 2012, elle a même l’occasion de se donner en concert avec FictionJunction à Los Angeles à l’occasion de l’AnimeExpo où elle était invitée.

Vous l’aurez compris, la carrière de Yuki Kajiura, née d’une passion partagée avec son père, est déjà bien remplie. Bien qu’elle ne se lancera certainement pas dans un nouveau projet, elle continue et continuera de travailler avec ses chanteuses pour le plaisir de ses fans  et de leurs oreilles.

Si vous avez la moindre question ou remarque, sachez que je serai ravi de discuter avec vous en commentaire ! 🙂

à propos de Feuno

Petit Louphin bleu à rayures fans de mangas, d'animes et de jeux vidéos. J'ai une passion pour l'écriture et le RP. J'affectionne aussi particulièrement l'univers de The Legend of Zelda, Percy Jackson et Kingdom Hearts.

cela devrait vous plaire

Puella Magi Madoka Magica

Vous ne le savez peut-être pas encore, mais je suis un fan inconditionnel de Magical …

Laisser un commentaire